Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu du site, les annonces publicitaires et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations avec nos partenaires, de publicité ou d'analyse mais aucune de vos données personnelles (e-mail, login).
 

djhector

membre n° 57636

Evénement à venir :

  Actualisation ! Bide & Musique : soirée des 20 ans !


  Lieu : Seven Spirits (7 rue St Hélène, 75013 Paris), le 3 octobre 2020. Plus d'infos

Profil

Image de djhector

Avatar


Je suis : Un Bidonaute

Inscription : 28/10/2004 23:55:48


Messages forum :
16


Commentaires : 102

Présentation

adresse de l'hectorland : http://www.blogg.org/blog-15069.html

j'ai rencontré un jour verchuren l'homme m'a impressionné à 80 ans, coment fait-il pour avoir encore une telle maitrise de son instrument ?

Un sang d'encre


«Le fragment, genre décevant sans doute, bien que seul honnête » E-M. Cioran


Finalement, les brûlures d'estomac n'ont pas manqué. On n'a pas eu à réclamer, à demander notre reste. On aura connu le désert sans être jamais sorti de chez soi. Des appartements sont à vendre, mais je me suis expulsé de moi-même. J'ai des carnets de commande à chier partout, je vends mon chiffre d'affaire. Ma réussite est insolente. J'imprime la marche à suivre. Je ne vous dirai pas ce que je pense.


Comme les rouages d'une mécanique qu'il faudrait frapper à grands coups de marteau, l'esprit de l'homme a besoin de vivre en état de perpétuelle surchauffe. Il faut marquer notre cerveau au fer blanc de la lucidité et du manque de tout. Il faut se mettre en état de Passion, se mettre sur une croix et attendre le supplice. Il faut savoir quitter la vie dans un élan d'auto-combustion spontanée et irréversible. Je m'aime et je suis en feu. Il faut sentir que ça se déchire à l'intérieur, que les muscles s'étirent au-delà du raisonnable. Il faut apprendre à domestiquer la peur de l'éclatement total de tous ses viscères. Se considérer absolument comme en état de catastrophe naturelle. Se déclarer comme totalement abandonné par les autres et ne pas avoir peur de culpabiliser tout le monde. Mettre le poids de sa propre mort sur la balance. S'oublier maladroitement dans le tiroir de sa boîte à gants. S'apercevoir que l'on s'est littéralement décomposé sous l'effet de la chaleur. Ramolli comme un os plongé dans l'eau chaude. Répandre le fumet délicat de la viande uniformément rôtie dans le bouillon de sa friture. Etre assis quelque part dans une posture de profonde solitude. Marquer d'une croix blanche le moment où les charognes viendront piquer du nez pour se délecter de notre chair. N'en demander pas tant.


Ton haleine chaude me lèche le visage. Il me suffit de te voir arriver avec tes jambes, tes bras et tes mains pour que je m'imagine que tu es venue m'apporter une alternative à l'existence. Le travail, cet impôt que tu paies à la mort, te fatigue assez pour que tu veuilles te venger en aimant. Après l'amour, tu te reproches d'avoir survécu aux efforts que tu as déployés dans l'espoir de te défoncer, d'abîmer ce qui en toi s'éternise, tellement tu voudrais parfois t'incendier par endroits. La survie qui suit l'amour est le pire moment à passer, un terrible aveu d'échec. C'est l'horrible perspective d'avoir à continuer. Notre amour serait parfait si seulement je daignais mourir.


Lisez ce livre. C'est très important. Il en va de ma propre vie, de mon avenir, de mon sang. Parce que dans la vie, il faut faire quelque chose pour avoir le droit de continuer à vivre. Tant que l'on a rien fait, que l'on a rien écrit, on n'est rien. Je ne suis rien. Prouvez au monde le contraire. Lisez ce livre.
Il est des moments dans la vie où il faut présenter des rapports, où il faut rendre des comptes, se justifier, prouver qu'on est bien là pour quelque chose. Faire acte de présence. J'ai plutôt envie de me la couler douce. Ma paresse est une angoisse, une paralysie, une honte. Je m'enlise dans le dégoût que j'ai de moi-même, mais je ne peux pas faire autrement. J'écris pour me donner un semblant d'existence, d'amour-propre, d'honneur. En fait, je me liquéfie.


Me pencher sur mon sort, me défenestrer via mes abîmes.


Quand tu étais petite fille, ton sourire était pur, même sous la pluie (les enfants n'ont jamais froid). Lorsque tu reviendras, je n'aurai aucune colère. Tout sera pardonné. Tout sera comme un début. J'ai de sacrées réserves de patience. Et un peu d'amour pour les garces.


Du plus loin que je me souvienne, je ne crois pas avoir entendu une seule fois mon cœur ronronner. Mes mots n'ont jamais fait pleurer personne. J'ai un cadenas au bout du gland. Je n'allume plus les cigarettes, je me contente de me brûler la bouche avec le feu que me procure l'absence de tes lèvres. Je vends ma poésie à ceux qui ne peuvent pas se la payer. Attendre d'une femme qu'elle vous soit toujours fidèle, c'est lui réserver la pire des servitudes, c'est accrocher mon cœur à son cercueil. Quand on ne sait plus quoi dire pour faire avancer les choses, quand on ne sait plus dans quel mur écraser ses mots. Dans ce train de la mort, l'amour occupe tous les compartiments.


J'aimerais te manger comme le feu dévore le bois.


L'amour ne sert à rien si on n'est pas foutus d'aimer tout le monde, si on n'est pas foutus de pleurer pour une mouche.


Par amour pour moi, tu pourrais passer ta vie à détruire toutes les photos qu'on a pu prendre de moi. Pour que plus rien ne vienne témoigner contre moi. Que plus rien ne vienne prouver que j'en suis bel et bien passé par là.


Mon cerveau aspire au néant comme la poussière attend l'aspirateur.


Je me venge du peu de satisfaction que m'apporte la vie en rendant mon écriture systématiquement décevante.


Ma ligne de vie se cicatrise.


Permettez-moi de ne pas danser au moment où la musique se fait plus romantique. Rester en surface de son corps, ne pas voir plus loin que le bout de son nez. La solitude est un délice auquel on finit par s'habituer, et l'amour vient alors nous déranger, comme un cheveu sur la soupe, dans notre cathédrale de néant. On avait à peine commencer à se réduire en cendres qu'une femme arrive et se prétend de taille à continuer l'incendie…


Demain se fera sans moi. Croissant chauds et café au lait se feront sans moi. Je refuse de prendre la ligne de départ d'un autre jour, d'une autre mort au programme de ma vie. Le matin, les femmes réorganisent leur beauté, anéantissent tout le travail de laideur de la nuit. La vie, c'est ne jamais cesser de travailler pour cette pute qu'est le jour. Ma vie, c'est de ne jamais réussir à trouver l'interrupteur du soleil.


Ca sent les organes en pleine mutation, ici. Ca sent les hormones qui n'ont pas encore eu le temps d'aller prendre l'air. Ca sent l'adolescent qui ne s'est pas encore fait décalotter.


Je voudrais qu'elle soit sensible à la douleur du monde, au mal aussi qu'il me fait. Mais je ne fais que gêner sa lecture. Cette chose rare que le bus exceptionne. Sa tête est toujours en exergue, sous l'horizon…


Je ne sais pas aimer sans me niquer au minimum un organe. Je ne sais pas aimer une fille sans qu'elle finisse à l'hôpital. Je ne vois pas pourquoi je me défoncerais. Je n'ai vraiment aucune raison de me défoncer. Ma vie est une défonce permanente. Des extases à tous les coins de rue. Des éclats lumineux à chaque poignée de main. Je ne vois pas pourquoi j'irais chercher ailleurs, le rêve que je garde à l'intérieur. Je mange le paradis à même le fruit.


Un garçon qui se décide à écrire des poèmes est décidément bel et bien foutu. Il sait qu'il est condamné par avance au ridicule. Tout comme sa laideur peut prêter à sourire. Chaque goutte de sang doit trouver sa blessure. L'amour est un prétexte un peu facile pour condamner notre solitude à sa nature gigogne. Notre peau n'en demande pas tant. Aimer, c'est tourner la clé un peu vite, alors que j'aurais préféré laisser ta beauté soigneusement rangée à l'intérieur. Ma prétention à t'aimer me fait rire quand elle ne me fait pas pleurer. C'est un piège pour enfermer le soleil, c'est un assoiffé de larmes qui compte sur l'amour pour étancher son vice. Ne l'écoute pas, il a mérité sa tristesse. Ta beauté aurait du le rassurer. Il aurait voulu accompagner tes nuits, atténuer la moindre de tes douleurs. Il n'a rien fait d'autre que te contempler. C'est un soldat sans armes, un enfant qui ne sait plus crier. Le monde espère le débusquer un jour en plaçant l'amour à l'entrée de son terrier. L'orage n'épargnera pas celui qui vit sans toit.


Aller assez loin dans le souvenir pour espérer te retrouver. Tu habites plus intensément l'univers de mes nuits depuis que tu as déserté celui de mes jours. Fille d'Espagne et de nulle part. La couleur de tes cheveux m'est un pays inconnu, l'encre noire de mon cœur. Si tu savais l'étendue du bonheur dont tu détiens la clé… A partir de toi, le tracé de ma vie s'arrête pour se continuer en toi. La tristesse est la source de mon bonheur, la sève intarissable de ta beauté. L'amour est ce jeu dont on n'a jamais pu comprendre les règles. Toi, et ce chat qui dort avec toi. Toi, et tes yeux si noirs que la lumière ne peut y faire effraction. Et moi, qui n'ai accès à rien, puisque tu as pris soin de tout ranger avant d'aller te coucher. Où puiser assez de forces pour continuer à vivre sans toi ? Et comment espérer que la vie ait pu laisser d'autres bouts d'amour éparpillés sur la surface de la Terre ? Comment ne pas finir par croire que tu es le centre du monde, l'objet de tous les hommages que rend la musique ? Je sais que je suis fou, que l'amour n'est pas le meilleur moyen d'aimer quelqu'un, mais je sais aussi que c'est l'unique moyen de calmer ma douleur. Puisqu'on ira de toute façon grossir le ventre des choses, puisque la terre est bien décidée à nous manger. Je veux entendre le bruit que fait ton corps lorsqu'il se cogne à quelque chose, découvrir qu'il tient un peu à moi. Je veux te sentir fébrile, à deux doigts de claquer dans mes bras. Je veux que tu saches à quel point mon amour te fait vivre. Ta bouche est bien plus effrayante que ton sexe, et l'espérance est plus longue de la voir s'ouvrir un jour. Je suis mort enseveli sous la neige à force d'attendre. Mais l'amour s'est envolé depuis longtemps.


Mes amours sans lendemain me laissaient dans la bouche un arrière-goût d'éternité. Des après-midi passées à me demander où t'étais passée, à te chercher comme un assoiffé a besoin d'eau fraîche. Mais c'était le maximum qu'un animal pouvait espérer.


Rien n'est plus beau qu'un secret bien gardé. Ecrire, c'est remuer l'eau qui dort, rouvrir sans cesse le dossier d'un passé trop lourd à digérer. Etouffer l'affaire, éviter que la rumeur ne se répande. Ma vie est un scandale.
1 Les programmes de Refais-le-me-le (comme à Ibiza) Vignette de Minouche Sterling - Refais-le-me-le (comme à Ibiza) Minouche Sterling Refais-le-me-le (comme à Ibiza)
2 Les programmes de Pardon Vignette de Muriel Dacq - Pardon Muriel Dacq Pardon
3 Les programmes de Moi j'aime bien l'école Vignette de Valia - Moi j'aime bien l'école Valia Moi j'aime bien l'école
4 Les programmes de Dans le trou là où Vignette de Patrick Topaloff - Dans le trou là où Patrick Topaloff Dans le trou là où
5 Les programmes de Sylviane la tendresse Vignette de Sylviane Galland - Sylviane la tendresse Sylviane Galland Sylviane la tendresse
6 Les programmes de Je cherche un clip Vignette de Johnny Moriau - Je cherche un clip Johnny Moriau Je cherche un clip
7 Les programmes de Mon cœur Vignette de Pieral - Mon cœur Pieral Mon cœur
8 Les programmes de On s'éclipse Vignette de M. Darque - On s'éclipse M. Darque On s'éclipse
9 Les programmes de On a des problèmes Vignette de Valia - On a des problèmes Valia On a des problèmes
10 Les programmes de Lolo Vignette de Zoelie - Lolo Zoelie Lolo
11 Les programmes de 3 mandarines Vignette de Romain Ruel - 3 mandarines Romain Ruel 3 mandarines
12 Les programmes de Papa file, maman court (Les enquêtes caméléon) Vignette de Sabine Paturel - Papa file, maman court (Les enquêtes caméléon) Sabine Paturel Papa file, maman court (Les enquêtes caméléon)
13 Les programmes de Je t'hippopotaime Vignette de Gérard Croce - Je t'hippopotaime Gérard Croce Je t'hippopotaime
14 Les programmes de Nous t'attendons Papa Noël Vignette de Balthazar - Nous t'attendons Papa Noël Balthazar Nous t'attendons Papa Noël
15 Les programmes de Le désir de chanter Vignette de Victoria - Le désir de chanter Victoria Le désir de chanter
16 Les programmes de Le disque des vacances Vignette de Danielle Denin - Le disque des vacances Danielle Denin Le disque des vacances
17 Les programmes de 1 2 3 Vignette de Arc en ciel - 1 2 3 Arc en ciel 1 2 3
18 Les programmes de SOS Vignette de Arc en ciel - SOS Arc en ciel SOS
19 Les programmes de Lover Vignette de Natali Kaufmann - Lover Natali Kaufmann Lover
20 Les programmes de Télémaque Vignette de Lionel Leroy - Télémaque Lionel Leroy Télémaque
21 Les programmes de Oh chéri chéri Vignette de Karen Cheryl - Oh chéri chéri Karen Cheryl Oh chéri chéri
22 Les programmes de La petite Vignette de Claude Puterflam - La petite Claude Puterflam La petite
23 Les programmes de Je n'aime personne Vignette de Atlantique - Je n'aime personne Atlantique Je n'aime personne
24 Les programmes de Une heure, une nuit Vignette de Ringo - Une heure, une nuit Ringo Une heure, une nuit
25 Les programmes de Fini, F.I.N.I.I Vignette de Maria de Rossi - Fini, F.I.N.I.I Maria de Rossi Fini, F.I.N.I.I
26 Les programmes de Qui qu'en veut ? Vignette de Annie Cordy - Qui qu'en veut ? Annie Cordy Qui qu'en veut ?
27 Les programmes de La ronde des métiers Vignette de Daniel Prévost - La ronde des métiers Daniel Prévost La ronde des métiers
28 Les programmes de Albator, le corsaire de l'espace Vignette de Éric Charden - Albator, le corsaire de l'espace Éric Charden Albator, le corsaire de l'espace
29 Les programmes de Dessine-moi Vignette de Corinne Hermès - Dessine-moi Corinne Hermès Dessine-moi
30 Les programmes de Pourquoi un pyjama ? Vignette de Régine - Pourquoi un pyjama ? Régine Pourquoi un pyjama ?
31 Les programmes de Henri Porte des Lilas Vignette de Philippe Timsit - Henri Porte des Lilas Philippe Timsit Henri Porte des Lilas
32 Les programmes de Les oiseaux de Thaïlande Vignette de Ringo - Les oiseaux de Thaïlande Ringo Les oiseaux de Thaïlande
33 Les programmes de Qui va garder mon crocodile cet été ? Vignette de Ottawan - Qui va garder mon crocodile cet été ? Ottawan Qui va garder mon crocodile cet été ?
34 Les programmes de San Ku Kaï Vignette de Éric Charden - San Ku Kaï Éric Charden San Ku Kaï
35 Les programmes de Ne raccroches pas, je t'aime Vignette de Carène Cheryl - Ne raccroches pas, je t'aime Carène Cheryl Ne raccroches pas, je t'aime
36 Les programmes de Il aimait les garcons Vignette de Kelly - Il aimait les garcons Kelly Il aimait les garcons
37 Les programmes de Fille, fille Vignette de Maria de Rossi - Fille, fille Maria de Rossi Fille, fille
38 Les programmes de En l'an 2000, j'aurai 20 ans Vignette de Stéphanie - En l'an 2000, j'aurai 20 ans Stéphanie En l'an 2000, j'aurai 20 ans
39 Les programmes de Mon p'tit Q Vignette de Anne Léonard - Mon p'tit Q Anne Léonard Mon p'tit Q
40 Les programmes de Bouzy bouzy Vignette de Hyper Musac - Bouzy bouzy Hyper Musac Bouzy bouzy
41 Les programmes de Le tour du monde en 80 jours Vignette de Michel Barouille - Le tour du monde en 80 jours Michel Barouille Le tour du monde en 80 jours
42 Les programmes de Il est Marseillais Vignette de Maria de Rossi - Il est Marseillais Maria de Rossi Il est Marseillais
43 Les programmes de San Ku Kaï : La Guerre Vignette de Éric Charden - San Ku Kaï : La Guerre Éric Charden San Ku Kaï : La Guerre
44 Les programmes de On s'ennuie chic chic Vignette de Ann Lanster - On s'ennuie chic chic Ann Lanster On s'ennuie chic chic
45 Les programmes de Jean-Raphaël Vignette de « Daphnièle » - Jean-Raphaël « Daphnièle » Jean-Raphaël
46 Les programmes de Ma vie n'appartient qu'à toi Vignette de Carène Cheryl - Ma vie n'appartient qu'à toi Carène Cheryl Ma vie n'appartient qu'à toi
47 Les programmes de Tous les avions sont des oiseaux Vignette de Stone, Charden et Baptiste - Tous les avions sont des oiseaux Stone, Charden et Baptiste Tous les avions sont des oiseaux
48 Les programmes de Viv' le camping Gaston Vignette de L'Amiral - Viv' le camping Gaston L'Amiral Viv' le camping Gaston
49 Les programmes de Tout tout tout mais pas ça Vignette de Abilene - Tout tout tout mais pas ça Abilene Tout tout tout mais pas ça
50 Les programmes de Pense à moi, quand même Vignette de Karen Cheryl - Pense à moi, quand même Karen Cheryl Pense à moi, quand même